CHU d’Angers : un patient atteint d’une tumeur cérébrale plongé dans la réalité virtuelle pendant son opération
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Première mondiale : un patient équipé de lunettes 3D a été opéré avec succès d’une tumeur cancéreuse au cerveau au CHU d’Angers. Une technique inédite qui annonce une avancée considérable dans le monde de la chirurgie.

 

Le 27 janvier, le patient admis au bloc opératoire a été exposé à la réalité virtuelle. Ce qui lui a permis d’interagir très précisément avec le neurochirurgien en charge de son opération, le Pr. Philippe Menei. Éveillé, le patient pouvait réagir à certaines stimulations provoquées par le chirurgien grâce à une électrode. Le médecin a ainsi pu réaliser une cartographie précise et préserver les zones du cortex ainsi que leurs connexions impliquées dans des fonctions aussi essentielles que la motricité ou le langage. Mais là où la réalité virtuelle s’est montrée particulièrement pertinente, c’est qu’elle a également permis d’épargner les connexions pouvant potentiellement altérer le champ visuel du patient, selon l’équipe du CHU d’Angers. En l’occurence, le patient était porteur d’une tumeur située près des zones de langage et des connexions visuelles, et était borgne suite à une maladie ophtalmologique. Trois semaines après l’opération, il se trouverait en « parfaite santé ».

 

28d183b937

Une coup d’essai pour le projet CERVO

Le patient est le premier à avoir participé au projet de recherche CERVO (Chirurgie Éveillée Sous Réalité Virtuelle dans le bloc Opératoire). Son but est de développer un dispositif adapté à une utilisation au bloc opératoire de neurochirurgie, par le biais d’une réalité virtuelle proposant des applications logicielles et matérielles. Pendant une chirurgie cérébrale éveillée, le patient peut être immergé dans des tests de cognition et champ visuel, ou de relaxation hypnotique, grâce à ses lunettes 3D.

La réalité virtuelle ouvre la voie à des actes toujours plus précis et laisse envisager des interventions jusqu’alors irréalisables comme l’ablation de tumeurs cérébrales difficilement placées. – Communiqué de l’équipe du neurochirurgien Philippe Menei

Comme évoqué plus haut, la prévention d’une altération du champ visuel est un des objectifs de ce dispositif. Ce qui permet d’écarter de lourdes conséquences sur le quotidien du malade, comme la suppression de son permis de conduire.

Lancé en 2014, le projet CERVO réunit l’équipe de neurochirurgie du Pr. Philippe Menei et le laboratoire Interactions Numériques Santé Handicap (INSH) dirigé par le Dr. Evelyne Klinger de l’ESIEA. Les deux équipes ambitionnent de continuer à développer cette innovation, et d’autres patients pourraient en bénéficier dans le futur.

 

Clément Duboscq

Source

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail
AUTHOR

Silex ID

All stories by: Silex ID